Samedi 11 Février 2006

Trouvailles du matin

En farfouillant sur del.icio.us, je tombe sur le site des archives de Là-bas si j'y suis. Toutes les émissions, avec description, écoutables en ligne ou hors ligne. Il y a même un podcast qui pour l'instant ne marche pas.
Mise à jour, presque immédiate : un message sur le forum, et c'est réparé dans l'heure. Bravo à eux.

Enfin un qui a compris qu'on ne peut plus consulter les médias comme avant.
Pour ceux qui débarquent, "Là-bas si j'y suis" est une excellente émission de radio sur France-Inter. Le complément indispensable du Monde Diplomatique.

Trouvé aussi en cherchant d'autres podcasts, le
Guide pratique du blogger et du cyberdissident de Reporters Sans Frontières (ou directement le PDF). Ce guide reprend pas mal des articles sur les blogs du site RSF.

Mercredi 08 Février 2006

Le début de la fin de la liberté d'expression, avant la liberté tout court.

Publié à 09:31 dans A la gloire des media, Pseudo-activisme

Les intégristes religieux d'un côté, par les entreprises commerciales de l'autre (étrange association), la liberté d'expression semble bien sous pression ces temps-ci.

Je trouve l'histoire des caricatures du prophète est ridicule. Que les intégristes de tous bords nous lâchent la grappe. Comme écrit Bernard G, Il faut garder le droit de se moquer de tout, et toute liberté d'expression se fait aux dépens de quelqu'un.

Les réactions de certains dirigeants occidentaux sont teintées d'arrière-pensées boutiquières. C'est déjà bien assez le foutoir en Irak d'une part. Et sourtout il ne faut pas offusquer les futurs clients si on veut leur fourguer notre matos militaire (et continuer à recevoir du pétrole). Les affaires passent avant tout.

Dans un autre registre, un raleur véhément se fait attaquer par Free (le même Free.fr qui me publie gratuitement ces pages sans contrepartie financière)

Battues sur le champ de la morale et de l'éthique, les entreprises se battent avec leur moyens inégaux sur le champ du droit technique et pinailleur, histoire de mieux museler ce qui pourrait mettre en danger leur image (c'est tout ce qui leur reste à défendre). Bientôt, le temps viendra où l'on n'aura le droit d'écrire que des critiques positives et des commentaires consensuels.

Je relis le billet que j'ai publié sur Auxilia. Suis-je susceptible de me prendre un procès sur le dos pour ce que j'ai écrit ? Qu'est ce qu'il en serait si c'était une grosse asso avec plein de moyens ?

J'écris peut-être parce que je n'ai pas le courage d'un autre activisme. Je pense à toutes les autres formes, qui sont peu à peu mise hors la loi ou affaibilies :
- Peinturlurer les affiches publicitaires surabondantes dans les transports en commun
- Détourner les logos des boîtes scélérates (souvenez-vous de Danone)
- La grève et la manif, où politique devient un gros mot
- Arracher les plants transgéniques
- Bientôt dégonfler les pneus de 4x4 (si ce n'est pas déjà illégal).

Avec la vidéosurveillance généralisée "pour notre sécurité", c'est la contestation sociale qu'on essaie d'étouffer. Pour l'instant la majorité se laisse faire. Arrivera-t-il un moment où il sera trop tard pour réagir ?

Vendredi 03 Février 2006

Visite chez Auxilia

Publié à 09:46 dans Pseudo-activisme

Auxilia, association existant depuis plus de 70 ans. Spécialisée en Belgique dans la formation aux handicapés et personnes malades.

Dans leur local à Ixelles, je rencontre la responsable, qui me présente l'association. Une trentaine de bénévoles actuellement, mais aussi pas mal d'occasionnels. L'asso fonctionne avec un principe de flexibilité, qui permet au bénévole de s'impliquer à son rythme, on pourrait dire "au contrat".
On travaille en effet avec le principe de contrats d'apprentissage entre bénévole et apprenant. Un objectif, un programme de travail et une fiche de suivi à chaque séance. Un minimum de formalisme, juste le nécessaire. On demande au minimunm 1h tous les 15 jours, mais pas plus de 2h par semaine, et les apprenants semblent très disponibles.

A peine je dis que je travaille dans l'informatique (terme qui parle au non-initié), les mots Word, Outlook et Internet s'invitent dans la conversation. J'entame une discussion sur les logiciels libres - je sais, j'aurais dû me retenir. J'apprends que dans l'apprentissage, les apprenants cherchent aussi un moyen d'accéder à une "normalité". "J'utilise Word, Excel et Outlook comme tout le monde".

L'association semble bien structurée, je me vois remettre un Vademecum. Il a même été prévu une assurance pour le bénévole en déplacement.
On me propose une adhésion. Un peu trop tôt, peut-être, ça me surprend. Comme c'était le cas au centre culturel, on ne me demande pas vraiment de références, d'expériences. On se sait pas si je suis un bon pédagogue. On va m'envoyer devant des personnes qui nécessitent un traitement particulier sans formation ? Sans demander si j'ai déjà fait du volontariat, et quel genre ?

Ma bonne volonté, mon effort de faire la démarche pour rencontrer l'association semblent être suffisants. Ou alors, les associations sont tellement à la recherche de bénévoles, qu'elles acceptent n'importe qui ? Ca me dérange un peu. Je ne saurais pas que penser de ça si j'étais un parent d'une personne malade confiée à l'association.

Ils ont un site, mais il y a visiblement un problème pour y accéder.

Jeudi 19 Janvier 2006

Retour au volontariat ?

Publié à 22:34 dans Pseudo-activisme

Après une période "je ne veux faire que ça", puis une autre "ça ne sert à rien", je rééquilibre tout, et je me prends à avoir envie de rempiler dans le volontariat. Au niveau local, et pas à l'autre bout du monde (même si je retournerais bien à Bamako pour le sommet alter-mondialiste qui s'y prépare).
Les raisons qui m'ont fait me tenir éloigné du volontariat, à savoir l'impression de faire le boulot de la collectivité pour rien, ne se sont pas évanouies. Seulement l'inaction n'aide pas les personnes qui en aurait besoin, et après tout, c'est ça qui est important. En plus, on est assuré de l'aventure humaine et de rencontres hors du contexte normal de la vie d'un ingénieur expatrié.

J'ai exhumé les fiches de contact obtenues de l'association pour le volontariat, et j'ai téléphoné. Bingo, les informations ne sont pas périmées, au moins deux des assos sont toujours actives. Surprise, on cherche toujours des bénévoles...
Ce sera plutôt pour du transfert de savoir, ce qui m'intéresse le plus. On ne se refait pas.
J'ai un rendez-vous la semaine prochaine. A suivre.

:: Page suivante >>



Ecrivez moi / Write me

Les blogs que je lis

Le blog de Torpedo
Technologies du Langage
L'Oeil de la Certitude
Anarchogeek
Standblog
Ceteris Paribus
L'économie sans tabou
La page de Bernard G
Le monolecte

en plus, je les connais en vrai!
c l u m
American Robin

Des sites que j'aime bien

L'autre portail
Brave Patrie
Décroissance.info
Le portail citoyen
Là-bas si j'y suis, archives

A détester ou à plaindre

Bruxelles, ma ville
le petit libéral
Liberté Chérie

Thèmes

A la gloire des media (15)
C'est mieux chez les autres (11)
ça chauffe au café du commerce (22)
Etats d'âme et nombrilisme (30)
On croyait avoir tout vu (9)
Pseudo-activisme (20)
Quand j'étais au Mali (15)
Travail, emploi, occupation (10)
Urticaire Européen (23)
Vert de gris (4)

del.icio.us linkroll XML

powered by zFeeder


XML

Propulsé par

b2evolution